Développement durable : nos cuisines se mettent au vert

Développement durable : nos cuisines se mettent au vert

Les certifications environnementales, gages d’engagement

Faire entrer l’écologie dans sa cuisine c’est avant tout savoir d’où vient le bois utilisé à sa construction. Pour effectuer ce travail de la matière première, Ecocuisine fait appel à au leader mondial de la fabrication de meubles de cuisines basé en Allemagne. Entreprise soucieuse de travailler au bon équilibre entre les dimensions économiques, écologiques et sociales, elle s’est vue attribuer plusieurs certifications notamment :

  • le label PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes) en juillet 2009, devenant ainsi le premier fabricant de cuisines à être certifié. Il garantit une gestion éco-responsable des forêts qui s’inscrit dans le cadre d’un programme de lutte contre la déforestation.
  • « Der Blaue Engel » (l’Ange bleu), décerné par le Ministère fédéral allemand de l’Environnement. Il encourage les efforts touchant tant à la protection de l’environnement qu’à celle du consommateur, en intégrant la prévention de la santé.
  • Le RAL 430 « Golden M » est délivré par le Gütegemeinschaft Möbel eV (DGM) allemand, association de l'industrie du meuble. Se basant sur des critères stricts en termes de qualité, de sécurité et de protection de la santé et de l'environnement, il représente tant à l’échelle nationale qu’internationale l’une des plus importantes certifications de qualité.
  • Les normes ISO 9001 – 14001 – 50001. Normes valables dans toute l’Europe et reconnues mondialement, Nobalia s’engage à travers elles sur les plans environnementaux et énergétiques dans le cadre d’un processus d’amélioration continue.

Des matériaux moins polluants pour une meilleure qualité de l’air intérieur

Dans une cuisine, les peintures et autres produits de finition sont responsables de 9 % des émissions de composés organiques volatiles (appelés COV). Ces derniers laissent échapper des particules qui viennent polluer l’air ambiant. Une pollution intérieure néfaste tant pour la santé que pour l’environnement. Pour éviter ces émanations, il est conseillé de privilégier des finitions laquées ou vernies sans solvant toxique. Les finitions neutres à base d’eau sont aussi une solution qui ne dégage pas de COV.

Bien choisir l’éclairage, opter pour la basse consommation

Véritable créateur d’ambiance, indispensable à notre confort de vie, l’éclairage est à prendre en compte lorsqu’on veut rendre son intérieur moins énergivore et en profiter pour faire des économies.

En moyenne, un ménage consomme entre 325 et 450 kWh chaque année en termes d’éclairage. Exit les lampes incandescentes et allogènes d’hier, Ecocuisine les remplace par des lampes fluorescentes et des LEDs. A la condition toutefois qu’elles soient installées judicieusement.

Appliques, spots, plafonniers ou suspensions, différents éclairages sont à prévoir : un central, un de travail et un d’ambiance, tous ont des fonctionnalités différentes. Votre cuisiniste vous aidera à définir les lampes appropriées en prenant compte de la disposition du lieu. Sans quoi la fonctionnalité même de votre cuisine pourrait en pâtir, tout comme la convivialité que vous souhaitez y instaurer. 

Électroménagers : énergivores, vous avez dit énergivores

Saviez-vous que l’appareil électroménager qui consomme le plus dans votre cuisine est votre four, avec une moyenne de 1000 kWh par an ? Quant à l’emplacement de chacun des équipements, pensé judicieusement il vous aidera à réduire leur consommation.

Consommer responsable se joue aussi dans le choix des équipements pour lesquels on opte.  Économiques et écologiques, c’est ce qu’on attend aujourd’hui de nos appareils électroménagers gourmands en énergie. Cet enjeu, Ecocuisine en a bien conscience ; c’est dans cet optique que l’ensemble de l’électroménager proposé est à économie d’énergie. Des innovations émergent. Réduction de moitié du nombre de litres utilisés lors d’un cycle de lave-linge, tests démontrant qu’un lavage à moindre température est tout aussi efficace tout en consommant bien moins. Classées de A++ à G, les étiquettes énergie renseignent sur la consommation de chaque appareil et les utilisateurs y sont de plus en plus attentifs.

Mode « éco l’eau », fini le gaspillage

Douze litres par minute : c’est le débit moyen d’un robinet. Pour éviter le gaspillage, il est facile d’adopter de bons réflexes. L’électroménager a été l’un des premiers secteurs à montrer l’exemple. La robinetterie illustre bien aussi les progrès accomplis. Parmi les astuces, un mousseur (ou aérateur) permet notamment d’obtenir un débit moins important en maintenant un jet efficace, réduisant la consommation d’eau de moitié.

Certains robinets sont équipés d’une touche « éco » qui limite aussi le débit ou encore de capteurs infrarouges permettant de détecter la présence des mains ou d’un objet, l'eau cessant ensuite automatiquement de couler avec leur retrait. L'économie d'eau pour se laver les mains peut ainsi se chiffrer à 70%.

Tri sélectif : à chaque déchet sa poubelle

Selon les chiffres d'Eurostat, en 2017, chaque Français a produit en moyenne 513 kilos de déchets par an. Nous classant parmi les plus gros producteurs de déchets de l'Union Européenne. Alors que l’Hexagone occupait le 10e rang du classement en 2014 et qu’en 1960, la moyenne s’établissait à 200 kg.

Pour rattraper ce statut de mauvais élève, les Français peuvent débuter dans la cuisine avec le tri sélectif des déchets. Pour faciliter cet écogeste, les industriels équipent de plus en plus fréquemment leur mobilier de conteneurs sélectifs à couvercle anti-odeur, dont la taille varie selon la place et les déchets à traiter. 


Et aussi...

-->